Etoiles Dolce Gaboma - Sir Okoss

okoss-haut.jpg

 

Biographie

Okoss, dont le nom signifie "l’orage" en langue fang, est un rappeur et slammeur (poésie urbaine) qui a commencé dans le milieu artistique en 2004 aux cotés de Sir Enig’Matik, lors de la formation du groupe 241 : groupe qui s’est révélé pendant les journées de l’oralité des 22 et 23 décembre 2004 organisé par le Label Zorbam Produxions. Ils bénéficieront du buzz des artistes de renom que compte ce label avec lequel ils évolueront désormais. Avec ce groupe qui allie rap et slam et qui comptera désormais Rodzeng dans ses rangs, notre artiste sortira le single radio "Chez nous", ce qui confirmera son talent et lui permettra de multiplier les scènes et ainsi se faire une réputation.

Cependant, suite à un désaccord avec les closes proposées par leur label, il se retrouvera de nouveau seul avec son premier compère à perpétuer leur art, avec qui il continuera en parallèle, dans le domaine du slam et participera à plusieurs festivals tels que les journées de la francophonie et de l'oralité 2004, 2005 et 2006. Son absence sur les scènes rap en 2006 lui permettra de se performer dans ce domaine : ce qui le vaudra par la suite, le titre de sacré champion du Gabon en mars de cette année. Il sera par ailleurs, le premier de la nouvelle génération des poètes Gabonais dans Nyabinghi de 2004 à 2006, champion du concours Slam de "la fête des cultures 2009" et poète imminent de l'équipe Eyo Slam Clan, la plus grande équipe de slam du Gabon, depuis 2007.

Ainsi, en septembre 2007 son groupe et lui rejoindront le label Nofia Sound aux cotés d’autres jeunes rappeurs tels que Tina et présentera officiellement son 1er album "Amour et Immortalité" le 9 janvier 2009. En aout de la même année, ce sera la consécration avec son groupe grâce au prix Gabao obtenu lors du festival Gabao qui leur donnera droit à une tournée en Afrique centrale (Tchad, Congo, RDC, Gabon et Guinée Equatoriale). En février 2010, il prendra part avec son acolyte au festival "Hip Hop Kanpe" au Bénin qui a eu comme tête d’affiche la chanteuse de Rnb française Zaho.

Ces 3 dernières années il figurera en solo dans la compilation "Formules Secrètes" de Rod Da God parue chez Nofia Sound Prod en 2009, aux cotés d’autres rappeurs de la place tels que CAM, Amon Raamadon et Y2G, en sortant le titre "La nature humaine", avant de s’illustrer en fin 2010, deux fois successivement aux cotés de Sean Bridon, sur les titres "Liberté" et « Gaboma et fier". En novembre 2011, il revient de nouveau avec le titre "Adjuwi", sur une production de Mike Mef. Sa dernière sortie en date est le clip de son titre à succès "la nature humaine" et actuellement il prépare à Libreville le tournage du son "La vibe", très attendu par ses fans. Enfin, il a récemment fait la première émission de Slam du Gabon, sur Radio Campus, est animateur-radio sur Urban Fm pour des programmes de vacs et est créateur du concept "Le corps de garde" (le nouveau nom de 241).

 

Interview

1.    Qu’est ce tu aimes le plus chez les gabonais ?

Cet esprit de patriote qui nous anime à certains moments précis. Je pense que dans le fond même si on est pour certains, rarement sur le territoire, cet état d'esprit nous escorte toujours.

2.    Quelle est la personnalité (artiste, sportif, homme politique etc…) gabonaise que  tu aimerais rencontrer ?

Le premier est mon grand père Tsira Ndong Ndoutoume, écrivain et homme de Mvett. Lui, Assoumou Ndoutoume et Ntougou Ndoutoume sont mes vrais stars sur cette terre : ces 3 hommes, qui sont mes grands pères ont développé le Mvett en écriture.

Tsira Ndong Ndoutoume a écrit 3 tome Mvett à l'intérieur desquels se trouve le fameux "L'homme, la mort et l'immortalité", qui pour la petite histoire a été une grosse inspiration pour le nom de notre album (avec 241) qui se titre : "Amour et immortalité". Ntougou Ndoutoume était quant a lui un homme de caractère et un vrai artiste, tandis que Daniel Assoumou Ndoutoume est celui qui a écrit "Essai sur la dynastie Ekang Nna et le fameux livre a l'intérieur duquel on parle d'Okoss Akigmane.

Je n'ai vraiment pas eu l'occasion de travailler avec eux pour l'art que je fais, mais je suis leurs traces et espère garder précieusement cet héritage Mvett que je détiens depuis mon plus bas âge.

De manière contemporaine, je parlerai plus de la personnalité artistique : je l'ai déjà rencontrée et j'ai même travaillé avec elle. Il s’agit de Maât Seigneur Lion, qui est un mec très talentueux. Au départ, quand je ne faisais pas encore de musique, j'ai écouté la 1ère fois un rap gabonais de lui, dont le titre est "Mission accomplie" : je suis tombé sous le charme et j'ai juré faire du rap comme lui, en plus j'avais sa taille (Rires).

Quelques années plus tard, je me suis retrouvé à ses côtés (Yes oooh) et voilà un beau petit rêve réalisé et je suis toujours aussi emporté par son travail. C'est vraiment le "Lion" de cette jungle qu'est le Rap.

La personnalité sportive est Marius Assoumou (Kemp) : j'ai déjà passé beaucoup de temps avec lui, c'est un grand frère de longue date. Il est d'un talent fou au basket-ball et j'en suis très fier. Quant aux personnages politique, j'en ai pas et je pense même que c'est eux qui doivent chercher à me rencontrer afin de leur dire deux mots.

3.    Quel est ton meilleur souvenir d’enfance?

Faire l'école et être 1er de la classe. C'était mon seul jeu en fait, à part regarder "Dragon Ball Z" et faire des "bonhommes" en papier (Rires) : Déchirer les cahier pour fabriquer ces bonhommes. Ouais, je pense finalement que c'est ça : à compter le nombre de gifles reçues de la part de ma mère (Rires).

4.    Quel est ton plat culinaire gabonais préféré ?

Le dongô-dongô (Sauce aux gombos) bien préparé avec du manioc. Ps : je sais que ça n'a rien à avoir ensemble mais si vous pouvez ajouter une portion de beignets, ce serait parfait (Rires)
  
5.    Quel est le mot en langue vernaculaire gabonaise que tu trouves le plus beau ?

Le mot Elougou, qui signifie Louange en langue Fang. Il vient du verbe Alougou (Louer). Donc Elougou, la louange est le fils qui avait loué Nzame (Dieu), son père.

6.    Quel est l’endroit au Gabon que tu as visité et qui ta accroché ?

J'aimerais bien visiter les parcs nationaux.

7.    Si on te donnait le pouvoir de décision et d’action, qu’apporterais tu de plus au Gabon ou a Gabonais ?

Je voudrais que mes frères et sœurs prennent conscience que Dieu existe et qu'il peut nous venir en aide si et seulement si nous l'adorons en esprit et en vérité. Prions beaucoup c'est important.

Dieu ne demande qu'à se manifester dans nos vies mais notre manière de l'inviter n'est parfois pas la bonne, nous le prions que lorsque nous sommes dans le besoin et quand il nous répond positivement. La prière de remerciement est juste de courte durée. Si nous cherchons premièrement le royaume, le reste viendra seul : Et notre pays changera

8.    Quel meilleur souvenir gardes-tu de ta carrière ?

Il y'en a tellement mais vu que vous n’en demandez qu'un seul, alors je dirais la tournée Africaine de 241 en Décembre 2009. Cette rencontre avec les autres peuples et cultures des différents pays m'a fait comprendre qu'on est et restera bon.

Nul n'est prophète chez soi et on a découvert que tant que tu es dans ton pays, tu ne sauras jamais ce que tu vaut. Je prie que tout artiste connaisse ce genre d'expérience.

Merci à Krystauf et AfrikAktion, à Pif Pikini et Oumarson du Tchad, à Lexxus Legal au Congo et tous les autres que j'ai dans le cœur. Dieu vous bénisse, vous et vos nations respectives.

9.    Qu’est ce que tu penses du site Dolce Gaboma ? Quelle est la rubrique que tu apprécies le plus ?

J'aime le design et pour la rubrique, le Bilangom m'a plus accroché : il faut qu'on arrive a maitriser nos langues.

En tout cas j'aime le site de manière globale, car il pousse notre culture. Merci à vous.  



Contact – Liens externes

·         Profil Dolce Gaboma

·         Sa playlist audio (avec le groupe 214) sur notre site"

·         Son clip "La nature humaine"

 

Voir toutes les interviews